Autisme : 2e édition de la Journée Bleue de La Chapelle-la-Reine


[Cliquer sur les images pour les agrandir]

Autisme : 2e journée bleue à La Chapelle

Solidarité des parents, enfants et élus du Conseil municipal, réunis pour une photo-souvenir de la “matinée bleue” pour l’autisme

Dans leur combat pour aider à mieux faire connaître l’autisme, les animatrices du collectif « Journée Bleue Sud 77 », Caroline et Valérie, ont pu compter sur les commerçants, les sportifs*, les sympathisants et la municipalité de La Chapelle-la-Reine pour la deuxième édition de la journée bleue du 2 avril. Mais assurer l’accès de son enfant autiste à un environnement d’apprentissage et d’intégration sociale adéquats est une bataille encore loin d’être gagnée pour les familles.

 

Handicap se manifestant entre autres par des troubles du comportement et de l’apprentissage, l’autisme reste mystérieux car on n’en connaît pas vraiment les causes, et son évolution est imprévisible. Ce que l’on sait, c’est que les autistes peuvent progresser dans la gestion de leur handicap, quel qu’en soit le degré, et parfois même de façon étonnante. Dans ce combat, faire correctement diagnostiquer son enfant est la première épreuve d’une longue série, suivie par d’innombrables démarches administratives pour des autorisations et prises en charge. Enfin, parce que la France est très en retard dans ce domaine, il est difficile, voire impossible, de trouver des intervenants formés à ce handicap ou bien des établissements proches tels que institut médico-éducatif (IME) et collège avec unité localisée pour l’inclusion scolaire (ULIS). Dans ce contexte, les progrès des enfants reposent largement sur le dévouement des familles, au sein desquelles les mamans sont en première ligne.

 

<em>A la maison, Loïc révise avec sa maman Caroline</em>

A la maison, Loïc révise avec sa maman Caroline

 

Les progrès de Loïc

Sa maman Caroline s’est formée pour consolider et développer la communication verbale de Loïc, âgé de 16 ans. Par exemple, elle filme les séances chez l’orthophoniste, puis utilise des images, des pictogrammes et un programme sur ordinateur pour répéter des exercices, tandis que Loïc est inséparable de sa tablette, devenue sa compagne d’apprentissage grâce aux logiciels qu’elle contient.

 

<em>Loïc danse une Zumba endiablée avec Christelle</em> <em>et les jeunes de Développe-moi Durable</em>

Loïc danse une Zumba endiablée avec Christelle et les jeunes de Développe-moi Durable

 

Parallèlement, l’adolescent a appris a mieux gérer son stress et s’adapte plus facilement aux imprévus.

De plus, des rencontres sont venues apporter une touche de bienveillance inespérée. « J’ai eu la chance de faire la connaissance de gens formidables qui m’ont aidée. Parmi eux, Christelle de l’association Développe-moi Durable à La Chapelle, qui a proposé en septembre dernier d’intégrer Loïc à son cours de Zumba, car il aime la danse. Cela l’aide à apprendre des mouvements en imitant les autres, il est ravi. Pénétrer ainsi dans un milieu ordinaire est un grand progrès pour lui. Christelle pense même qu’il pourra participer au spectacle de fin d’année », confie Caroline qui n’ose encore y croire.

 

 

 

 

<em>Jeunes solidaires de l'ESF foot</em>

Jeunes solidaires de l’ESF foot

 

* Le soutien des sportifs de l’ESF 77

Les jeunes fouteux ont tenu à soutenir la journée bleue. Ils avaient préparé des dessins et se sont réunis pour une photo de groupe.

 

 

 

 

 

Sur le même sujet

>> Changer le regard sur l’autisme : Première journée bleue à La Chapelle-la-Reine (77)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *